Radio Masjid Dhoun-Nourain

Masjid Dhoun-Nourain is on Mixlr

Mise en garde - Réfutations

Imprimer

La pression et la contre-pression !

Écrit par Sulaiman Al‐Hayiti. Publié dans Divers sujets & réfutations

La pression et la contre-pression !

Écrit par : Abou Hammaad Sulaiman Dameus Al-Hayiti - réfutation de Najat Boughaba, la porte parole du Congrès Islamique Canadien


Télécharger le Pdf


Al‐Hamdoulillah, was‐salaatou was‐salaamou ‘ala rasoulillah, wa ba’d :
[...] Le sujet de l’émission était sur l’homme pakistanais de Toronto qui a tué sa fille, soi‐disant parce qu’elle refusait de se voiler. Les médias québécois auront vite fait de récupérer l’histoire pour l’utiliser comme argument dans leur campagne contre le Hijab et la Shari’ah. La question posée était la suivante : Refuset‐on de parler des pressions exercées sur les femmes pour porter le voile ? Je n’ai pas été surpris par cette question et par le lien malhonnête qui était fait entre les pressions des parents musulmans pour que leur filles portent le Hijab et le meurtre de cette jeune fille, car c’est courant de la part des Kouffars d’agir ainsi. Ce qui m’a vraiment choqué, c’est les propos de Najat Boughaba, la porte parole du Congrès Islamique Canadien (pour imiter les juifs qui ont le CJC et je ne sais pas de quel droit ils se déclarent « congrès » islamique?). Ce groupe, le CIC tout comme le FMC (Forum Musulman Canadien) sont des groupes connues pour leur tendances Ikhwaniyyah...

J’étais dans ma voiture en chemin vers la mosquée et j’écoutais l’émission Maisonneuve en directà Radio‐Canada. Le sujet de l’émission était sur l’homme pakistanais de Toronto qui a tuer sa fille, soi‐disant parce qu’elle refusait de se voiler. Les médias québécois auront vite fait de récupérer l’histoire pour l’utiliser comme argument dans leur campagne contre le Hijab et la Shari’ah. La question posée était la suivante : Refuseton de parler des pressions exercées sur les femmes pour porter le voile ? Je n’ai pas été surpris par cette question et par le lien malhonnête qui était fait entre les pressions des parents musulmans pour que leur filles portent le Hijab et le meurtre de cette jeune fille, car c’est courant de la part des Kouffars d’agir ainsi. Ce qui m’a vraiment choqué, c’est les propos de Najat Boughaba, la porte parole du Congrès Islamique Canadien (pour imiter les juifs qui ont le CJC et je ne sais pas de quel droit ils se déclarent « congrès » islamique?). Ce groupe, le CIC tout comme le FMC (Forum Musulman Canadien) sont des groupes connues pour leur tendances Ikhwaniyyah (la secte des Frères Musulmans fondée par le Soufi Hasan Al Banna) et pour leur alliance avec les Shi’ahs Rafidahs! Donc c’est clair qu’on ne peut pas espérer grand chose de la part ces gens, en ce qui concerne la défense de l’Islam et des musulmans! En passant, c’est une des femmes parmi le groupe de femmes qui sont parties au village de Hérouxville pour parler aux hommes et leur donner du thé et des Baklavas! Ça en dit beaucoup sur le genre de groupe « Islamique » dont il est question. Elle est docteure en littérature française et elle devrait se limiter à son domaine, car ce qu’elle dit quand elle parle de l’Islam montre un grand manque de sagesse et se savoir. Au lieu de prendre la défense de l’Islam et de la vérité et de répondre à ces fausses accusations qui étaient lancés contre les musulmans au sujet du voile, elle s’est portée à la défense du discours des féministes égarées (elle en fait partie comme elle le dit elle‐même) et du combat pour les droits de la femme non musulmane !

Maintenant voici quelques points important sur cette question pour clarifier les choses :

1‐Il est certain que le meurtre est Haram (interdit) dans l’Islam. Le meurtre que cet homme a commis n’est donc pas justifier par la Shari’ah.

2‐Il est certain que le Hijab est obligatoire pour toute musulmane qui a atteint la puberté et qu’il doit être porté selon les règles de la Shari’ah et c’est de couvrir avec une ample couverture (Jilbaab) tout le corps de la femme. A l’exception des femmes très vielles qui sont excusée de ne pas porter le Jilbaab, mais qui sont tout de même encouragées à le porter.

3‐Il est certain que le père d’une famille doit ordonner et faire pression sur sa femme et sur ses filles pour qu’elles portent correctement le Hijab selon les règles de l’Islam. Car en tant que chef de la famille, il est responsable devant Allah pour les désobéissances de sa famille s’il ne fait rien pour les empêcher. Contrairement à l’idée répandue par les Ikhwaans et par les musulmanes qui sont ignorantes dans les médias, que le Hijab est un choix et que la femme est libre de le porter ou de ne pas le porter. Il n’y a rien de plus faux. Aucun musulman n’est libre de désobéir à Allah et à son messager (paix et salut sur lui) ou de permettre à sa famille de désobéir à Allah et à son messager (paix et salut sur lui). Allah dit :(Il n'appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu'Allah et Son messager ont décidé d'une chose d'avoir encore le choix dans leur façon d'agir. Et quiconque désobéit à Allah et à Son messager, s'est égaré certes, d'un égarement évident.) Al‐ Ahzaab : 36.

4‐Le père à le droit de punir sa fille si elle refuse d’obéir aux règles d’Allah, mais cela ne veut pas dire qu’on peut aller jusqu’à blesser ou tuer nos enfants! De même que le dirigeant dans un pays musulman doit imposer le port du Hijab à toutes les femmes musulmanes et une tenue décente à celles qui ne sont pas musulmanes. Il doit également punir par des sanctions celles qui refusent de se soumettre aux lois d’Allah.

Cela est du fait que d’ordonner le bien et d’interdire le mal fait parti des principes les plus important dans la Shari’ah et que le verset qui interdit la contrainte (« La Ikraha fiddiine » Baqarah : 256) se limite ne pas forcer les non‐musulmans à entrer dans l’Islam, mais rien n’interdit aux musulmans de forcer les croyants à appliquer leur religion.

Des pressions… parlonsen !

Il n’y a pas de doute que tout le débat sur les accommodements n’a pour objectif que d’amener une loi contre le port du Hijab. C’est ce qui semble être l’objectif derrière tout ce cirque. Tout comme en France, les politiciens avant l’interdiction du voile dans les écoles parlaient de signes ostentatoires, alors que maintenant ils disent : La loi contre le Hijab, sans la moindre gêne. Maisonneuve a mentionné que Albert Jacquard prétend que la raison pour laquelle il fallait interdire le Hijab à l’école en France, c’est pour éviter que des jeunes filles subissent des pressions de la famille qui impose le Hijab! Yolande G. est d’accord avec lui sur cela, mais elle appelle à ce qu’on interprète l’Islam selon les désirs de la société non‐musulmane. Voilà comment au nom de la liberté individuelle ils veulent pousser les filles musulmanes à abandonner les enseignements du Qor’an et de la Sounnah.

Un autre argument qui ressort souvent est la question de proportion des musulmans qui imposent le port du Hijab. D’un côté on entend qu’ils ne sont qu’une minorité et donc, par conséquent, ils sont sûrement des extrémistes. La cause de l’obsession des Kouffars pour la question de proportion vient de leur conception de la vérité. Car dans leur système démocratique, la vérité est ce qui est accepté par la majorité. Or, puisque le Hijab est uniquement porté par une minorité de femme musulmane, le Hijab n’est donc pas vraiment obligatoire selon eux. Mais ils craignent que le nombre de femmes qui le porte augmente au fur et à mesure que les musulmans augmentent en foi et en connaissance de leur religion. C’est ce qui leur fait peur. Ils passent donc à la ruse des interprétations qui consiste à faire croire aux gens que le Qor’an et la Sounnah sont des genres de charades mystiques qui n’ont aucun sens réelle et que chacun à le droit de prendre comme il veut et selon son imagination. Pourtant Allah lui‐même dit que Sa Parole est claire et explicite, clarifié et détaillé, en arabe clair et pur pour que les gens comprennent! Ce qui nécessite une interprétation c’est ce qui n’est pas clair, ce qui est ambiguë, vague. Néanmoins ces Kouffars prennent les gens pour des idiots en tentant de leur faire croire que tout peut être interprété comme on veut et qu’il faut choisir l’interprétation qui satisfait le Shaytan et leurs passions! Imaginez si on commençait à interpréter leurs lois qu’ils fabriquent selon leurs passions de cette manière !

Est ce qu’ils seraient d’accord ? Certes Allah a dit vrai en disant : (Ni les Juifs, ni les Chrétiens ne seront jamais satisfaits de toi, jusqu'à ce que tu suives leur religion. Dis: ‹Certes, c'est la direction d'Allah qui est la vraie direction›. Mais si tu suis leurs passions après ce que tu as reçu de science, tu n'auras contre Allah ni protecteur ni secoureur.) Al‐Baqarah : 120.

Bien entendu, il existe des principes d’interprétation qui sont expliqué par le Qor’an et la Sounnah et qui ont été appliqué par les premiers savants de l’Islam, avant l’apparition des sectes et ce sont ces principes que les savants suivent pour interpréter le Qor’an et la Sounnah, lorsqu’une interprétation est nécessaire. Donc ce n’est pas une question de pourcentage ou de proportion pour un musulman, mais plutôt une question de rechercher la vérité. Même si c’est uniquement un petit nombre qui la suit. Surtout quand on sait que la grande majorité des musulmans n’ont pas étudié la Shari’ah, alors ce n’est pas surprenant qu’ils ne connaissent pas correctement leur religion et la bonne compréhension de l’Islam. Donc si au moins ces gens se référaient aux savants de l’Islam, on pourrait comprendre. Mais de se référer à une majorité de gens qui ne sont pas spécialisé en questions religieuses est une forme de malhonnêteté. Puis Yolande G. se contredit sur ce point par la suite quand elle dit qu’il ne faut pas donner aux minorités leurs requêtes quand elle mentionne les femmes qui demandent des horaires spéciales dans les piscines (bien sur je ne suis pas d’accord avec ce genre de chose, mais c’est juste pour l’argument). Elle prétend que c’est basé sur une interprétation d’une minorité qui à une vision patriarcale et qu’il faut plutôt favoriser les interprétations « égalitaires » dans l’Islam qui sont minoritaires mais qui existent parmi les musulmans. Alors je me demande : est‐ce qu’elles sont minoritaires ou majoritaires ces interprétations ? Il faudrait qu’elle se décide n’est ce pas !

La vérité est que la grande majorité des musulmans est d’accord avec ce qui est dans le Qor’an et dans la Sounnah quand l’Islam leur est expliqué de façon correcte par les savants de l’Islam. Ceux qui rejettent certain aspect de la religion les rejettent souvent par ignorance de l’Islam. Ceux qui sont contre les textes de la religion au nom de l’égalité, de la démocratie et qui défendent la laïcité ne sont qu’une infime minorité de gens occidentalisés parmi les musulmans. Mais même si ce n’était pas le cas et que la majorité des musulmans n’étaient en accord avec les principes de l’Islam, ça ne voudrait pas dire qu’ils ont raison par rapport à la minorité. Tout ce qui ressort de cette question de pression est pourtant évident et il est dommage que Najat B. n’est pas su le faire comprendre et savoir. C’est que dans la réalité des choses, la pression qui est mise sur les femmes pour qu’elles enlèvent ou pour qu’elles cessent de porter le voile, est bien plus grande que la pression qui est mise sur elles pour qu’elles le porte. Les pressions sont en fait totalement inégales. Il n’y a pas réellement de pressions pour que les femmes musulmanes portent le Hijab que le Créateur leur ordonne de porter, mais il y a plutôt une « contre‐pression » de la part des musulmans sincères pour opposés les énormes pressions démesurés qui sont appliqués et subit par les femmes et les familles musulmanes pour qu’elles enlèvent ou réduisent leur Hijab, et cela depuis que les occidentaux ont colonisés les pays musulmans. Voici donc dans l’ordre, les pressions que subissent les femmes musulmanes pour qu’elles ne se voilent pas :

1 ‐ La pression de l’âme qui pousse l’homme ou la femme vers le mal. (An‐nafs AlAmmaara bis‐sou)

2 ‐ La pression du Shaytan qui tente toujours d’éloigner les hommes de ce qui est bien et qui pousse les femmes à montrer leurs atours pour attirer les regards des hommes.

3‐La pression qui est mise par les publicités, les magazines de mode, les vidéos, la musique, les films et tout le reste qui pousse de plus en plus les jeunes filles à adopter un comportement indécent et sexuel, même à un très jeune âge.

4‐La pression qui est mise par la société qui s’oppose au Hijab et qui va même jusqu’à établir des lois pour interdire aux femmes musulmanes de porter le Hijab.

5‐La pression des regards remplis de haine et de rejet du Hijab, sans compter les commentaires déplacés et les gestes posés.

6‐La pression du désir de l’argent et du succès matériel dans cette vie qui pousse les gens qui ont une foi faible à transgresser toutes les interdictions pour arriver à faire des études ou à avoir un travail qui implique d’enlever le Hijab.

Et il y a beaucoup d’autres pressions encore qui poussent les femmes à s’éloigner de la voie d’Allah. Pourquoi N. Boughada au lieu de partir sur son cheval à la défense des féministes égarées n’a t‐elle pas dénoncer les pressions faite par certains maris musulmans qui interdisent à leur femme de porter leur Hijab? Pourquoi n’a‐t‐elle pas dénoncé les pressions de certaines familles musulmanes égarées qui interdisent à leurs filles de mettre le Hijab quand elles décident de le porter? Ont‐ils oublié qu’il n’y a pas d’obéissance à une créature dans la désobéissance du Créateur? Pourquoi critiquer la contre‐pression faite par les pauvres parents musulmans qui voient leurs filles sortir comme des prostituées pour aller à l’école et qui leur demande de porter les vêtements des femmes croyantes ? Pourquoi utiliser un accident aussi fâcheux que le meurtre de cette petite fille comme prétexte pour combattre une des obligations de la religion musulmane ? On comprend uniquement dans ce genre de comportement de la part des Kouffars que la pression vers ce qui est mal est bonne, mais la pression vers ce qui est bien est mauvaise !

Bien entendu, pour un Kafir, c’est tout à fait normal que sa fille s’habille comme une petite traînée dans la rue. Que sa fille couche à gauche à droite et qu’elle fasse ce qui lui plaît. Ils vont peut‐être à la limite hausser le ton si la fille ou le garçon ne fait pas ses devoirs, si elle a des mauvais résultats à l’école etc. Il va y avoir des sanctions, des punitions, des pressions; plus de TV, plus de ciné, plus de sortis, tu es grondé! Mais pour la foi et l’obéissance au Créateur, ce qui lui donnera le vrai succès qui est le succès dans l’au‐delà, rien! Voilà l’injustice de la société laïque qui doit faire prendre conscience au musulman que leur place n’est pas dans les pays de Koufr mais dans les pays musulmans. Là où un homme a le droit d’être un homme, où un père a le droit d’être un père et où un mari a le droit d’être chef de sa famille. Le musulman est responsable dans le choix du pays ou il va s’établir pour bâtir sa famille. Pourquoi aller là où ses enfants cours le risque de s’égarer dans la mécréance et l’égarement? Pour de l’argent ? Pour sécuriser l’avenir? Pour un diplôme? Est ce que cette vie d’ici‐bas à prise plus de place dans notre coeur que l’au‐delà ? Les musulmans doivent plutôt se diriger vers les endroits qui vont les encourager à avancer dans leur foi et non pas à reculer. Car ce qu’on constate ici, c’est qu’ils ne nous encouragent pas à devenir plus sincère et plus fort dans notre foi et dans notre application de la religion, mais au contraire, ils veulent nous éloigner de notre foi et nous la rendre difficile! Il faudrait vraiment qu’on se pose les vrais questions par rapport à notre foi et que certain d’entre nous cessent leur hypocrisie et leur discours complaisant pour faire plaisir aux Kouffars !

Ce genre de propagande médiatique à pour but d’intimider les croyants pour qu’ils cessent d’imposer à leurs filles et à leurs femmes le Hijab et pour qu’ils les laissent faire tout ce que le Shaytan les incite à faire au nom de l’égalité et de la liberté! Et pour que les jeunes filles qui ont une faiblesse dans leur foi et un manque de savoir de la religion soient encouragées dans l’obéissance au Shaytan et dans le Haram ! Alors il ne faut pas que les croyants se laissent intimider par ce genre de propagande et qu’ils restent fermes sur leur religion, sans toutefois tomber dans les extrêmes (comme les gestes violents et le meurtre) qui sont continuellement utilisé par les médias pour combattre l’Islam.

Qu’Allah nous aide et nous guide !!!


La pression et la contre-pression ! .
Par : Abou Hammaad Sulaiman Dameus Al-Hayiti
Vendredi 14 décembre 2007, Montréal, Québec, Canada.

Infos - contact

Newsletter

N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter...

Paypal Dons

Faire un don pour aider nos projets et activités